Commémoration de l’Armistice du 11/11/1918

Discours de Monsieur le Maire

” Mesdames, Messieurs,

Le 11 Novembre est toujours une date très particulière pour chacun d’entre nous et ce depuis 102 ans.

Nous nous réunissons pour nous souvenir que la France, que le monde entier, a vécu quatre années de guerre, quatre années de cauchemar.

Nous célébrons la signature de l’armistice qui a mis fin à un conflit multiple et dévastateur pour toute l’Europe et pour tous les peuples venant d’Afrique, d’Asie, d’Amérique.

En cette année 2020, notre rassemblement prend une forme différente.

Nous devons suivre des règles sanitaires strictes puisque la menace du virus Covid-19 fait partie de notre quotidien et que nous devons nous protéger.

Pourtant, nous sommes ici et je sais que tous les habitants de notre commune sont solidaires et que de chez eux, ils se souviennent.
Ils se souviennent que ce 11 novembre 1918 vers 5 heures du matin, un armistice est signé reconnaissant la victoire des Alliés et la défaite de l’Allemagne.
Quelques heures plus tard, à 11 heures précises, les cloches de toutes les communes de France, les clairons retentissent afin de signaler le « cessez-le-feu » sur tout le territoire.

La fin de la guerre est un soulagement, mais les sacrifices qui ont été faits sont extrêmement lourds.

Rapidement, des monuments aux morts sont érigés, les associations d’Anciens Combattants sont créées afin de rendre hommage à ceux qui sont morts et de donner du courage à ceux qui sont revenus.

Tous ces soldats sont morts pour une seule et même cause.

Mais derrière chacun de ces noms, il y avait un fils, un époux, un frère. Pensons à toutes ces personnes disparues dans la vie de leurs proches.

En ce 11 novembre 2020, profitons de ce rassemblement pour rendre hommage à Samuel Paty, Nadine Devillers, Vincent Loquès et Simone Barreto Silva, ces victimes du terrorisme.

Hommage qui doit nous permettre de manifester notre émotion, mais aussi de réaffirmer notre inébranlable attachement aux valeurs républicaines et laïques et notre détermination à les transmettre au quotidien.
Samuel Paty n’a fait que son travail : éveiller les esprits de notre jeunesse au monde auquel elle est et sera confrontée.

Ce sont les réseaux sociaux qui sont en partie responsable de sa mort. Ces réseaux sont le terreau de tout ce qu’il y a de plus bas et de plus médiocre chez les individus qui déversent un flot d’injures et de délations.

Nos sociétés sont minées par leurs abus qui les divisent.

Quant à l’acte barbare commis à Nice qui a volé la vie à Nadine Devillers, Vincent Loquès et Simone Barreto Silva, c’est une fois de plus la consternation, la tristesse, et une grande émotion pour leur famille et leurs proches.

Face à l’obscurantisme et au terrorisme, l’unité est notre force, comme la mobilisation de toutes et tous pour défendre et réaffirmer les valeurs fondamentales de notre République que sont la démocratie, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Mesdames, Messieurs, je vous propose de respecter une minute de silence à la mémoire de tous ces soldats qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la France et en hommage à ces victimes de l’islamisme radical.”


 

Journée nationale de commémoration de la Victoire et de la Paix
Hommage à tous les « Morts pour la France »

Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants

C’était il y a un siècle.

Ce 10 novembre 1920, la Grande Guerre est achevée depuis deux ans. Dans la citadelle de Verdun, Auguste THIN, soldat de deuxième classe et pupille de la Nation, dépose un bouquet d’œillets blancs et rouges sur le cercueil d’un soldat. Un parmi tous les combattants des Flandres, de l’Artois, de la Somme, du Chemin-des-Dames, de Lorraine, de la Meuse… Un de ces braves ! Un des poilus qui participa à une interminable guerre. Un de ces Français qui œuvra à la tâche incommensurable de la Victoire.

Un parmi des milliers qui est devenu le Soldat inconnu.

Le 11 novembre 1920, le peuple de France l’accompagne solennellement sous les voûtes de l’Arc de Triomphe. La patrie, reconnaissante et unanime, s’incline respectueusement devant son cercueil, en saluant la mémoire de tous les soldats morts sous le drapeau tricolore.

Quelques mois plus tard, il était inhumé. Depuis 1923, la Flamme du Souvenir veille, nuit et jour, sur la tombe. Chaque soir, elle est ravivée pour que jamais ne s’éteigne la mémoire. La sépulture du Soldat inconnu est devenue le lieu du recueillement national et le tombeau symbolique de tous ceux qui donnent leur vie pour la France.

 

Cet anonyme représente chacun de nos morts et tous nos morts en même temps.

Cette mémoire vit également dans chacune de nos communes, dans chaque ville et village de France, dans chacun de nos monuments aux morts, dans chacun des cimetières, dans nos mémoires familiales. Elle vit dans l’œuvre de Maurice GENEVOIX qui entre aujourd’hui au Panthéon. Le Président de la République l’a souhaité en l’honneur du peuple de 14-18.

Maurice GENEVOIX n’entre pas seul dans le temple de la Nation. Il y entre en soldat des Eparges, en écrivain et en porte-étendard de « Ceux de 14 ». Il y entre avec ses millions de frères d’armes, ceux dont il a immortalisé le souvenir, l’héroïsme et les souffrances. Il y entre avec toute la société, de la première ligne à l’arrière, mobilisée face à l’adversité et qui a tenu avec une admirable endurance.

8 millions de soldats combattirent sous les couleurs de notre drapeau, aucun d’entre eux ne revint totalement indemne. Des centaines de milliers furent blessés dans leur chair comme dans leur âme. 1 400 000 tombèrent au champs d’honneur. Nous ne les oublions pas. Inlassablement, nous les honorons.

Chaque 11 novembre, la Nation rend également un hommage solennel à tous les morts pour la France, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui. Chaque année, nous rappelons leur nom.

Chaque 11 novembre est un moment d’unité nationale et de cohésion autour de ceux qui donnent leur vie pour la France, de ceux qui la servent avec dévouement et courage. En ces instants, au souvenir des évènements passés et aux prises avec les épreuves de notre temps, nous nous rappelons que c’est tout un peuple, uni et solidaire, qui fit la guerre, qui la supporta et en triompha. “


Morts pour la France

– Chef de bataillon Clément FRISON-ROCHE, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

– Chef de bataillon Benjamin GIREUD, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

–    Chef d’escadrons Nicolas MÉGARD, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

– Capitaine Pierre-Emmanuel BOCKEL, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

– Capitaine Alex MORISSE, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

–    Major Julien CARETTE, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

– Maréchal des logis Romain SALLES DE SAINT-PAUL, 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), mort pour la France ;

–    Chef d’escadrons Romain CHOMEL de JARNIEU, 4e régiment de chasseurs (4e RCH), mort pour la France ;

–    Adjudant Alexandre PROTIN, 4e régiment de chasseurs (4e RCH), mort pour la France ;

–    Maréchal des logis-chef Valentin DUVAL, 4e régiment de chasseurs (4e RCH), mort pour la France ;

– Maréchal des logis-chef Antoine SERRE, 4e régiment de chasseurs (4e RCH), mort pour la France ;

– Adjudant Jérémy LEUSIE, 93e régiment d’artillerie de montagne (93e RAM), mort pour la France ;

–    Adjudant Andreï JOUK, 2e régiment étranger de génie (2e REG), mort pour la France ;

–    Caporal-chef Volodymyr RYBONTCHOUK, ter régiment étranger de génie (ter REG), mort pour la France ;

–    Brigadier-chef Dmytro MARTYNYOUK, ter régiment étranger de cavalerie (ter REC), mort pour la France ;

– Brigadier Kévin CLÉMENT, ter régiment étranger de cavalerie (ter REC), mort pour la France ;

– Brigadier Tojohasina RAZAFINTSALAMA, ter régiment de hussards parachutistes (ter RHP), mort pour la France ;

– Maréchal des logis Andy FILA, 14e régiment d’infanterie et de soutien logistique parachutiste (14e RISLP), mort pour la France ;

–    Maréchal des logis S.T, ter régiment de hussards parachutistes (ter RHP), mort pour la France ;

– Brigadier Arnaud VOLPE (prononcer VOLPÉ), ter régiment de hussards parachutistes (ter RHP), mort pour la France.

Réseaux sociaux :