Les Frênes du Mont de Coupigny victimes de la “Chalarose”

Les promeneurs et joggeurs habitués des sentiers du Mont de Coupigny n’ont pas manqué de remarquer l’important chantier d’entretien des espaces boisés situés en face du centre Aéré.
A l’instar de nombreuses communes de l’hexagone disposant d’un patrimoine forestier, Hersin-Coupigny n’a pas échappé à l’épidémie de «Chalarose du Frêne» : une maladie détectée en Pologne au début des années 90 et qui s’est propagée depuis à toute l’Europe et aux forêts du Nord-Pas-de-Calais dès 2011. Transmise par un champignon, le «Chalara fraxinéa», cette maladie se propage d’autant plus facilement que les milieux sont ombragés et humides comme cela est malheureusement le cas dans la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique du Mont de Coupigny.

Frêne infecté

Face à ce fléau, il n’y a d’autre alternative qu’un traitement à la fois curatif et préventif ; en éliminant rapidement les arbres touchés et ceux situés à proximité directe afin d’éviter tout élargissement de la contamination. De plus, ces arbres représentent un réel danger pouvant chuter à tout moment sur les paisibles promeneurs.

Ainsi, il a fallu procéder à l’abattage d’une trentaine de spécimens plus ou moins malades et procéder à un minutieux.

Ce boisement artificiel âgé de plus de trente ans recouvrera d’ici l’année prochaine une « nouvelle jeunesse » avec cette fois une opération de plantation de nouvelles espèces régionales plus adaptées à l’écosystème.

DSCF7153 (Copier)

Chalarose du frêne :
symptômes et diagnostic

Diagnostiquer la chalarose du frêne le plus tôt possible est indispensable pour agir. Sans intervention, la maladie a en effet toutes les chances de se propager très vite. Le champignon pathogène mis en cause est extrêmement virulent.

Les symptômes de la chalarose du frêne peuvent apparaître sur la base du tronc, l’écorce, les feuilles et les rameaux. On constate dans l’ordre :

  • un flétrissement des pousses, puis un déficit foliaire ;
  • une décoloration sur différentes zones de l’arbre touché ;
  • une cime dégarnie ;
  • un dépérissement des branches ;
  • une nécrose de l’écorce qui s’amplifie avec le temps ;
  • un affaiblissement général menant irrémédiablement à la mort de l’arbre.
Réseaux sociaux :