Jardin public

Inauguration du Jardin public et du Parvis

Le samedi 30 septembre 2017 a eu lieu l’inauguration du jardin public «Joséphine et Olivier BULTEZ, Justes parmi les Nations» et du parvis «Je suis Charlie 7 janvier 2015».

Vidéo de la cérémonie :
Allocution de Jean-Marie CARAMIAUX, Maire :
Monsieur le Président du Conseil Départemental
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de vous accueillir aujourd’hui dans ce jardin public rénové, pour son inauguration.
Le Conseil Municipal et moi-même sommes très fiers de voir aboutir l’un des objectifs de notre programme.Nous avions, en effet, pris l’engagement auprès des Hersinois de le transformer pour le bien-être des jeunes comme des moins jeunes.La commune a été seule à porter ce projet, sur ses fonds propres, pour un montant de 220 000 euros.Je remercie Mesdames Odile GUERRIER et Edith VERCAEMER, Architectes Paysagistes, ainsi que leur équipe qui ont réalisé un travail architectural adapté et contemporain. Mes remerciements s’adressent également à l’entreprise BONNET, à ses cadres et ses ouvriers qui ont œuvré sur ce chantier en prenant le soin de tenir les délais et les budgets impartis. Une mention spéciale aux agents des services techniques dirigés par Monsieur Bernard FURET qui ont participé à la réalisation de ce site.Comme je l’avais annoncé lors des vœux de la Municipalité de 2016, ce jardin public porte désormais le nom de « Joséphine et Olivier BULTEZ, Justes parmi les Nations ».

Pourquoi cette dénomination ?
Joséphine et Olivier BULTEZ acceptaient d’accueillir de juin à septembre 1944, au sein de leur famille, dans leur maison à Hersin-Coupigny, Yanchel alias Jean BREITBURD, un juif de 44 ans, afin de le soustraire à la barbarie nazie.

Acte désintéressé malgré les risques encourus, acte de courage. C’est ce désintéressement et ce courage que j’ai voulu saluer.
Ainsi, associer les noms de Joséphine et Olivier BULTEZ à ce lieu où se côtoient plusieurs générations, dont certaines ont connu l’horreur du nazisme, me paraissait légitime.

Joséphine et Olivier ont été honorés par l’Etat d’Israël en recevant à la mairie d’Hersin-Coupigny, à titre posthume, du Comité Français de Yad Vashem, la Médaille et le diplôme des Justes parmi les Nations.
Jean, Joséphine et Olivier ne sont plus de ce monde mais leurs familles sont aujourd’hui présentes parmi nous.
Dans quelques instants, je laisserai la parole à Monsieur Pascal BREITBURD, fils de Jean.

Ce 30 septembre 2017, la Municipalité a souhaité adjoindre l’inauguration du Jardin Public à celle du parvis de la mairie qui se nomme à dater de ce jour « Je suis Charlie
7 janvier 2015 ».
Nous rendons ainsi hommage à ces femmes et ces hommes, qui exerçaient leur profession avec courage et dans le respect de la liberté d’expression, assassinés par des êtres barbares, lâches et abjects.
La plaque commémorative apposée sur le mur de la salle des fêtes perpétuera le devoir de mémoire et les honorera.
N’oublions jamais que notre devise républicaine apporte une réponse à ces monstres, hier du nazisme, aujourd’hui de Daech, qui ne nous feront jamais reculer.

Je vous remercie de votre attention et vous invite, après les propos de Pascal, à partager le verre de l’amitié.

Allocution de M. Pascal BREITBURD :

chargé de mission départementale de la LICRA ,membre de Yad Vashem, fils de Juste, fils du déporté dont les époux Joséphine et Olivier BULTEZ ont été les sauveteurs.

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les membres du conseil Municipal,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,La municipalité a choisi pour cette inauguration sans probablement le savoir un jour hautement symbolique ce n’est pas seulement samedi, shabbat, mais en cette année le 30 septembre est le jour redoutable du Grand Pardon, Yom Kippour jour de jeûne et de recueillement mais je le dédierais cette fois exceptionnellement et volontiers aux valeurs républicaines.

Le 22 octobre prochain aura lieu le dixième anniversaire de l’entrée symbolique au Panthéon des Justes de France parmi les Nations. Je serai présent à cette cérémonie afin d’honorer la mémoire de tous les Justes et particulièrement de ceux nommés ces dix dernières années et notamment Maman ,ainsi que Joséphine et Olivier BULTEZ les sauveteurs de Papa. En effet, il ya dix ans, sur la décision du Président Jacques Chirac, les Justes faisaient leur entrée symbolique au Panthéon, et lors de cette solennelle cérémonie, Simone Veil, alors présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah prononça un mémorable discours dont je citerais ici après les extraits les plus forts :

« Au nom de la fondation de la mémoire pour la Shoah ,au nom de tous ceux qui vous doivent la vie .je viens ce. soir vers vous pour vous exprimer notre respect. notre affection, notre gratitude.

Certains sont morts, sans Juger utile de prévaloir de ce qu’ils avaient fait. D’autres ont même refusé d’être honorés considérant qu’ils n’avaient fait que leur devoir de français, de chrétiens, de citoyens, d’hommes et de femmes envers ceux pourchassés pour le seul crime d’être nés juifs.

Vous tous les Justes de France auxquels nous rendons hommage aujourd’hui. vous illustrez l’honneur de notre pays qui grâce à vous a retrouvé le sens de la fraternité, de la justice et du courage.

Pour la plupart, vous étiez des français ordinaires citadins ou ruraux, jeunes ou vieux, riches ou pauvres. Vous n’avez pas cherché les honneurs. Vous n’en êtes que plus dignes.

La France s’honore de graver aujourd’hui de manière indélébile dans la pierre de son histoire nationale cette page de lumière dans la nuit de la Shoah.

Les Justes de France pensaient avoir simplement traversé l’Histoire En réalité, ils l’ont écrite. »

Et oui Joséphine et Olivier BULTEZ avaient cet humanisme. cette générosité en toute simplicité, ils avaient cette grandeur d’esprit que n’ont pas que les grands de ce Monde, mais aussi les petits et ce qui leur confère d’autant plus de grandeur de cœur.

En ce moment solennel me viennent perler des larmes sur mon visage et sur mon cœur mais rassurez vous, Monsieur le Maire, cher Jean-Marie, Mesdames et Messieurs du Conseil Municipal et vous tous de la communauté d’Hersin-Coupigny, ce sont des larmes de gratitude, ce sont des larmes de bonheur qui vous sont adressées.

Par cette inauguration et le dévoilement de cette plaque, Hersin Coupigny remplit en ce jour son devoir de mémoire et en transmet l’exemplarité aux jeunes et aux futures générations.

Au nom de la LICRA et de Yad Vashem, je vous en félicite!